Comment inciter les phasmes après la naissance à s’alimenter ?

Même si pour la majorité des espèces, les jeunes commencent à s’alimenter assez facilement dans les deux à trois jours suivant la naissance, il arrive que pour d’autres plus délicates, la période ou débute l’alimentation soit assez critique.

Il existe néanmoins quelques méthodes afin d’inciter les nouveaux-nés à s’alimenter.

  •  Découper le bord des feuilles : ils ‘agit de l’astuce numéro un ! En effet, les mandibules des nouveaux-nés sont très petites et le bord des feuilles est parfois un peu trop coriace, surtout pour le salal, le laurier-prune ou les vieilles feuilles de ronces. De plus cela permet de mieux détecter les traces de mandibules sur le bord des feuilles, la découpe étant nette.

 

  • Varier la nourriture ! Même si l’espèce est décrite pour s’alimenter d’une certaine plante, si le taux de mortalité est important il peut être utile de varier la nourriture en ajoutant d’autres types de plantes afin que les phasmes aient un choix plus large. Certaines plantes vont en effet mieux être acceptée et vont diminuer les pertes, par exemple le millepertuis qui est accepté par la plupart des espèces et qui est alors souvent mieux accepté que la ronce.

 

  • Les morceaux de pommes : on peut en accrocher dans le terrarium, les jeunes phasmes vont venir s’y alimenter ou s’hydrater, cela permettrait de démarrer leur appétit. Alterner un jour avec pomme et un jour sans afin de forcer les phasmes à manger les feuilles quand il n’y a plus de pommes.

 

  • En dernier recours, on peut frotter un morceau de pomme sur le bord des feuilles, afin d’attirer les phasmes avec le jus de pomme sur les feuilles et l’inciter à manger.

 

Bien que ces méthodes ne soient pas indispensable pour la plupart des espèces, elle peuvent néanmoins aider dans certaines situations à bien lancer un élevage quand les débuts sont laborieux. Selon certains éleveurs, le découpage du bord des feuilles devrait être systématique pour toutes les espèces afin de diminuer la mortalité chez les jeunes stades. Personnellement je ne l’applique que chez quelques espèces réputées délicates d’élevage, ou si les plantes sont coriaces (salal par exemple).

Pour savoir si ses phasmes s’alimentent, plusieurs indices : le bord des feuilles présente des signes de mandibule, on trouve des crottes sur le fond du bac (le papier essuie-tout permet de les repérer facilement) et les jeunes phasmes sont vigoureux et commencent à grossir.

 

La nurserie idéale

Depuis deux ans j’utilise un nouveau type de nurserie qui me donne une grande satisfaction pour la plupart des espèces, il s ‘agit des boites braplast 5,8L avec quelques modifications.

Cette petite boite en plastique fait en dimension 18 x 18 x 19 cm et convient ainsi à la plupart des jeunes phasmes, sauf pour les très grandes espèces style Phryganistria, Pharnacia ou Phobaeticus par exemple. Vous en trouverez en vente sur le net à des prix d’environ 1 à 2 € la boîte, ce qui est très abordable.

Afin d’apporter de l’aération, je découpe soit sur le couvercle soit sur une face le plastique afin d’y coller de la moustiquaire. S’il s’agit de la face avant qui est en moustiquaire, cela semble un peu mieux pour les espèces qui ont besoin de plus d’aération. Après il est même possible de faire deux faces avec des aérations mais je n’en ai jamais eu vraiment l’utilité …

 

Ensuite il suffit d’aménager cette petite boite avec du sopalin au fond, un petit pot d’eau ( pour ça j’utilise les petits pots en verre qu’on trouve en grande surface qui vendent des œufs de lump par exemple) et le feuillage.

 

J’obtiens ainsi de très bon résultats, à condition de ne pas surpeupler la nurserie et de conserver un feuillage frais. Il est aussi possible d’utiliser les astuces que je décris ici afin d’inciter les jeunes phasmes à manger.

Je trouve cette nurserie idéale car elle est de taille adaptée à la plupart des jeunes phasmes, qui ne vont pas s’épuiser à chercher leur nourriture dans un terrarium trop grand. De plus elle est entièrement modulable niveau aération, ce qui permet de s’adapter aux besoins de chaque espèce. Et tout cela pour une somme modique de quelques euros !

En général je garde les jeunes jusqu’au stade L3 dans cette boîte. Cependant, si un nombre restreint d’individus est gardé, il est possible d’élever certaines espèces du L1 jusqu’à l’adulte dans ce bac (ex : Neohirasea sp « Cat Ba, Epidares nolimetangere, Tisamenus sp « Ilocos » …)